Huit professionnels de santé du cœur sur dix vivent très mal la mort de leurs patients

Samuel Nohra

Lien vers l’article en entier sur le site Ouest France


Rediffusion d’extraits de l’article, à titre gracieux, avec l’aimable autorisation de Ouest France (remerciements à Mme Brenda Crestel, assistante juridique, et à M. Gilles Ménard, directeur juridique et financier).


Quel est l’impact de la mort des malades du cœur sur les équipes soignantes en cardiologie ?

Les résultats d’une étude sur ce sujet, inédite en France, sont édifiants.

Le but de cette étude a été de briser le tabou de la mort. […] Il y a une véritable omerta.

Thibaud Damy, cardiologue au CHU Henri Mondor

Huit professionnels sur dix se disent très affectés et un tiers se disent victimes d’un état de stress post-traumatique…

Si le soignant ne va pas bien, comment peut-il prendre correctement en charge les patients ?

Rebecca Dickason, maître de conférences à l’université Gustave Eiffel

Une initiative lancée par le professeur Thibaud Damy et le professeur Erwan Flécher. Un travail soutenu également par les sociétés savantes.

Il est primordial de prendre en charge la souffrance imposée aux soignants par le soin et de la prévenir.

Erwan Flécher, chirurgien cardiaque au CHU de Rennes

Et aussi que les autorités de santé se saisissent de cette enquête.

© Ouest-France


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rebecca Dickason (20 janvier 2022). Huit professionnels de santé du cœur sur dix vivent très mal la mort de leurs patients. Préserver la santé des professionnels de santé. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o869


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search