Impact de la fin de vie et de la mort sur les soignants du cœur, brisons le tabou !

Thibaud Damy, Rebecca Dickason, Erwan Flécher, Frédéric Pochard, Sophie Provenchère, Véronique Thoré

[extraits de la conférence de presse virtuelle]

Un contexte particulier : la mort à l’hôpital

Dans notre société, la mort n’est plus considérée comme “naturelle” parce qu’elle est vécue comme un “échec” de la science et de la médecine. Pour autant…

Un jour ou l’autre, la fin de vie rattrape les hommes. Fin heureuse ou tragique, accompagnée de ses proches ou dans la solitude, à domicile ou à l’hôpital, longue ou soudaine, prévisible ou inattendue […]. La mort change, elle se médicalise. Les hôpitaux sont devenus ainsi, paradoxalement, les principaux “producteurs de morts”.

Marc Grassin et Frédéric Pochard, La Mort Assistée, Éditions Cerf, 2017.

C’est ce que révèlent des données de l’INSEE : en 2020, 668 000 français sont décédés, dont 75% à l’hôpital (soit 501 000). La complexité des soins rend souvent le maintien à domicile impossible, ce qui motive le transfert à l’hôpital. Toutefois, le manque d’unités de soins palliatifs fait que beaucoup de patients sont gérés dans les structures hospitalières “classiques”, comme les services de cardiologie. Ainsi, ce sont 400 800 personnes qui sont décédées à l’hôpital en dehors de structures de soins palliatifs. Autrement dit 60% des décès surviennent dans des unités non “spécialisées”, il est donc crucial d’informer, de former et de soutenir les soignants pour gérer ces décès.

L’hôpital, un haut lieu d’émotions : des conséquences en termes de qualité de vie au travail, de santé au travail et de qualité des soins

Si la “matière même” de l’activité soignante est chargée en émotions, celles-ci se trouvent exacerbées dans des contextes ou situations particulièrement marquants, en l’espèce la fin de vie et la mort… “surtout quand on s’arrête un instant sur la violence de certains décès, que ce soit par leur caractère inattendu ou brutal, par la confrontation à la déliquescence du corps, par le sentiment de ne pas avoir réalisé une prise en charge optimale, par la manière dont ces décès renvoient le soignant à sa propre finitude ou à d’autres expériences traumatiques, directement ou de façon vicariante“, note le Docteur Rebecca Dickason, maître de conférences des universités spécialisée sur les émotions et la santé au travail des professionnels de santé.

En 2010, un Collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail (RPS) a rendu un rapport préconisant la mise en place d’indicateurs nationaux pour suivre 6 types de facteurs psychosociaux de risques au travail, dont les exigences émotionnelles. “Ces exigences émotionnelles sont liées à la nécessité de maîtriser et de façonner (ce qui inclut également le fait de “cacher”) ses propres émotions, afin notamment de maîtriser et de façonner celles ressenties par les personnes avec qui l’on interagit lors du travail. Cela renvoie au concept de “travail émotionnel“, initialement développé en sociologie par Arlie Russell Hochschild.“, souligne Rebecca Dickason. 

Pour contextualiser un peu les choses, je soulignerai que, la fonction publique hospitalière, et par extension, le secteur de la santé au sens large est un haut lieu d’exposition aux exigences émotionnelles : en particulier le contact avec des personnes en situation de détresse. Et quelle situation de détresse plus forte que l’imminence de la mort ou la mort elle-même, voire la confrontation à la détresse de l’entourage du patient ?“, interroge Rebecca Dickason pour qui “l’exposition répétée à de telles situations constitue une pénibilité émotionnelle indéniable“.

La santé des soignants a des conséquences évidentes sur la qualité des soins, “plusieurs études ont d’ailleurs étayé ce lien“, précise Rebecca Dickason qui rappelle combien “tenir compte de la santé des soignants est un véritable enjeu de santé au travail et de santé publique, pour les patients comme pour les professionnels de santé“. Et cela inclut les soignants du cœur, qui incarnent une spécialité à haut risque et en première ligne.

Pour bien prendre soin des patients, il est important que les soignants soient en bonne forme physique et mentale. C’est pourquoi, il nous semblait important de briser le tabou de l’impact de la fin de vie et de la mort chez les soignants du cœur, afin de faire prendre conscience aux soignants et aux institutions qu’il est primordial de prendre en charge la souffrance imposée aux soignants par le soin et de la prévenir“, poursuit le Professeur Erwan Flécher, chirurgien cardio-thoracique au CHU de Rennes pour la SFCTCV.

Les soignants du cœur face à la mort : la cardiologie, une spécialité à haut risque et en première ligne

Les soignants du cœur sont confrontés à la fin de vie comme tous les soignants, et ce d’autant plus qu’ils sont en première ligne.

En cardiologie, les patients peuvent mourir brutalement après un arrêt cardiaque ou dans les suites d’une maladie chronique telle que l’insuffisance cardiaque. L’insuffisance cardiaque est responsable de 70 000 morts par an en France, soit 10% de toutes les causes de décès. Les contextes sont donc différents avec, dans le premier cas, un aspect subit qui est difficile à vivre par les familles non préparées mais également par les soignants qui sont pris au dépourvu. L’évolution mortelle d’une pathologie chronique, comme l’insuffisance cardiaque nécessite également un engagement important des soignants auprès du patient et de la famille.

La cardiologie est une spécialité très technique. Rien en cardiologie n’a échappé à la technicisation et, concernant le corps lui-même, à la médicalisation et à l’artificialisation. Les soignants du cœur ont développé et utilisent des traitements qui pallient le dysfonctionnement du cœur : pacemakers, stents, valves artificielles, assistances cardiaques, cours artificiels et greffes cardiaques. Même le cœur arrêté, les soignants du cœur peuvent maintenir un patient en vie, interrogeant par là-même la définition de la mort. L’interdit éthique de “ne pas donner la mort” peut se brouiller avec la décision de la limitation de soins et, de facto, renvoyer au soignant la culpabilité de la mort.

Organe vital par excellence, organe “ultime de la vie”, le cœur focalise beaucoup de représentations, psychique et émotionnelle, dans la population générale et chez les soignants. Au fil des années, les soignants du cœur ont développé et utilisent des traitements qui repoussent les limites de la mort. Dans l’imaginaire collectif, les soignants du cœur ont donc une place de “sauveurs”… sauf que tout être finit par mourir un jour… et même les patients atteints de pathologies cardiaques.

La mort et la limitation de soins font partie du quotidien des soignants du cœur. Cependant, ils n’ont pas reçu de formation spécifique lors de leur cursus médical sur ce sujet et se sentent démunis et en détresse. Il y a donc nécessité de réfléchir aux leviers d’action à mobiliser pour aider les soignants face à ces situations.
Dans notre pratique quotidienne, nous constatons que, le plus souvent, les soignants se retrouvent seuls face à leur tristesse de perdre un patient. La brutalité de ces traumatismes ou leur répétition peuvent conduire à de véritables stress post-traumatiques (PTSD), à des états dépressifs voire à des suicides“, explique le Docteur Frédéric Pochard, psychiatre et auteur de plusieurs livres sur la mort et appartenant au groupe de recherche FAMIREA.

Retour sur l’enquête médicale

À travers une étude inédite en France, soutenue par trois sociétés savantes – la Société Française de Cardiologie (SFC), la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire (SFCTCV), la Société Anesthésie Réanimation Cœur Thorax Vaisseaux (ARCOTHOVA) – sont décryptées les conséquences personnelles et émotionnelles de la mort des patients sur les soignants du cœur.

L’objectif de cette étude a été de briser le tabou de la mort et de son impact sur les soignants en mesurant scientifiquement son impact sur les soignants du cœur. La mort est un sujet tabou pour la société. Elle l’est aussi pour de nombreux soignants du cœur.

Face à la mort, les soignants sont isolés, communiquent peu au sein de leur service et de leur famille. Cette étude est la première en son genre dans cette spécialité et dévoile un état psychique inquiétant des répondants avec des conséquences indéniables de la fin de vie et de la mort sur les soignants du cœur. La mort et la fin de vie sont, certes, prises en compte en réanimation ou dans les soins palliatifs mais peu dans les autres spécialités et pas assez en cardiologie.

Nous espérons que le fait d’en parler permettra de mieux gérer les décès mais aussi les maladies graves. En comprenant les impacts sur eux-mêmes, les professionnels pourront mieux prendre en charge les patients. Mais, pour autant, cette étude met en évidence la nécessité de la prise en compte de cette problématique par les institutions hospitalières. À l’heure où les hôpitaux se dépeuplent, cette étude suggère l’urgente nécessité, au-delà du manque de moyens, de prendre soin des soignants pour qu’ils puissent prendre soin des patients” commente le Professeur Thibaud Damy, cardiologue au CHU Henri Mondor, AP-HP, pour la SFC-GICC.

Lancement d’une nouvelle enquête

L’étude met en évidence qu’il est temps que les soignants et les institutions prennent en considération l’impact professionnel et également personnel de la fin de vie et de la mort sur les soignants non spécialisés dans cette prise en charge. Il faut développer des programmes d’information, de formation, de soutien et de prise en charge psychologique des équipes. Ces actions doivent concerner les médecins, mais aussi les paramédicaux.

Nous poursuivrons cette étude sur les médecins par une deuxième étude sur les paramédicaux du cœur. Nous avons également réalisé une chaîne YouTube “Impact de la fin de vie, brisons le tabou” où des témoignages poignants de soignants ont été mis en ligne. Nous allons au cours de l’année 2023 proposer des outils pour aider les soignants à mieux comprendre les mécanismes intervenant chez eux, les patients et les familles lors de la fin de vie et des décès“, conclut le Docteur Sophie Provenchère, anesthésiste-réanimatrice cardiaque au CHU de Bichat, AP-HP pour l’ARCOTHOVA.



Citer ce billet
Rebecca Dickason (2022, 20 janvier). Impact de la fin de vie et de la mort sur les soignants du cœur, brisons le tabou ! Préserver la santé des professionnels de santé. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o867

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search