La mort des patients induit des conséquences personnelles pour les médecins du cœur

Jérôme Robillard

Lien vers l’article sur le site Hospimedia


Rediffusion de l’article, à titre gracieux, avec l’aimable autorisation d’Hospimedia (remerciements à M. Jérôme Robillard, journaliste).


Les cardiologues, les chirurgiens et anesthésistes-réanimateurs cardiaques ne sont pas insensibles aux conséquences de la mort des patients sur leur santé mentale. Une étude, menée par des praticiens de ces différentes spécialités, met l’accent sur ce tabou encore difficile à briser dans le quotidien des services hospitaliers.

Si les effets des situations de fin de vie et de la mort des patients chez les médecins spécialistes du cœur sont peu connus, c’est avant tout parce qu’ils ne sont pas un sujet de réflexion. Une étude de trois sociétés savantes*, dont les résultats ont été présentés en conférence de presse le 20 janvier, met en lumière ces conséquences sur la santé mentale des praticiens hospitaliers. En 2020, 400 000 décès à l’hôpital sont survenus en dehors des unités de soins palliatifs, dont une partie en cardiologie.

Mêmes symptômes qu’en réanimation

Ce tabou concerne ainsi les différents services hospitaliers, alors que les effets de la mort sont surtout connus en réanimation et en soins palliatifs. “Si vous travaillez en réanimation ou en soins palliatifs, c’est un choix personnel, vous savez où vous allez. En soins palliatifs, vous êtes dans une démarche d’équipe, avec des relations extrêmement humaines dans les équipes, le statut des professions est aboli. En cardiologie, l’ordre est hiérarchique. Le médecin ou le chirurgien doit tenir le bateau et ne parle pas de ses émotions. À tort“, souligne le Pr Thibaud Damy, l’un des porteurs de l’étude et cardiologue à l’hôpital Henri-Mondor de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP). Il insiste également sur le fait que la cardiologie vise plus à sauver et guérir le patient qu’à l’accompagner en fin de vie.

L’étude se limite à la spécialité de cardiologie mais pourrait être dupliquée dans d’autres spécialités. Elle est marquée par la crise liée au Covid-19, à laquelle ont notamment fait face les services de soins intensifs de cardiologie. “Beaucoup de travaux portent sur les symptômes des soignants en réanimation, les résultats sont les mêmes“, complète le Dr Frédéric Pochard, psychiatre et membre du groupe de recherche Famirea. L’étude relève ainsi une forte prévalence de l’anxiété, de la dépression, du stress post-traumatique et de l’épuisement professionnel (voir infographie ci-dessous).

25% des médecins spécialistes (cardiologues, chirurgiens, anesthésistes-réanimateurs) ayant répondu à l’enquête déclarent un impact émotionnel très élevé alors qu’ils font état du même niveau, modéré à faible, de soutien de leurs collègues et de leur famille que les autres participants. “L’expérience ne permet pas de mieux assurer. Les décès des patients sont autant de blessures successives. Il faut faire très attention aux jeunes médecins et leur apprendre à en parler dès le début“, estime Véronique Thoré, cadre de santé au CHU de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Isolement institutionnel

Les effets psychologiques de la mort des patients sur les praticiens sont accrus par le manque de soutien de la part de l’institution hospitalière. Un constat lié tout d’abord au fait que la souffrance du soignant est tabou donc inconnue de l’hôpital dans ces spécialités. “J’ai appris qu’effectivement des choses étaient en place dans mon institution. Des psychologues sont présents mais rien n’est organisé. Je ne savais pas que cela existait avant de faire l’étude, les professionnels ne sont pas tous au courant des dispositifs“, avance le Pr Erwan Flécher, chirurgien cardio-thoracique au CHU de Rennes (Ille-et-Vilaine). “Tout cela n’est qu’un problème de ressources, il faut que les institutions marchent avec nous“, complète Thibaud Damy. Ce dernier rappelle que les psychologues sont peu nombreux et regrette que le stress post-traumatique ne soit pas reconnu comme maladie professionnelle.

Erwan Flécher précise par ailleurs que, pendant les années 1990, il n’a pas été formé au sujet de la mort : “Je n’ai même pas été formé sur comment faire un certificat de décès.” Thibaud Damy, de la même génération, n’a pas été formé à l’impact de la mort sur lui-même. Depuis, les études des professionnels de santé ont évolué sur la question de la mort mais l’aspect personnel reste peu creusé.

Les modules et les unités spécifiques sont encore trop centrés sur la prise en charge de la mort mais pas sur la façon dont la mort impacte notre vie personnelle“, abonde Véronique Thoré, qui dirige un institut de formation des aides-soignants. Dans cette catégorie professionnelle, la parole est davantage libérée que chez les médecins. Un volet de l’étude pour les paramédicaux impliqués dans les services spécialisés du cœur est lancé pour estimer les effets chez ces professionnels. “Les paramédicaux sont en première ligne, ce sont eux qui font les toilettes mortuaires“, rappelle Thibaud Damy. 1 500 répondants sont espérés par les parties prenantes pour mener ce travail au cours des prochains mois.

* Les sociétés françaises de cardiologie (SFC), de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire (SFCTCV) et anesthésie-réanimation cœur thorax vaisseaux (ARCOTHOVA).

Tous droits réservés 2001/2022 — HOSPIMEDIA


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rebecca Dickason (20 janvier 2022). La mort des patients induit des conséquences personnelles pour les médecins du cœur. Préserver la santé des professionnels de santé. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o86a


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search