Cardiologie : les soignants très éprouvés par le décès des patients

Lien vers l’article en entier sur le site santé mentale.fr


Rediffusion d’extraits de l’article, à titre gracieux, avec l’aimable autorisation de santé mentale.fr (remerciements à Mme Isabelle Lolivier, rédactrice en chef et directrice de la publication).


Anxiété, dépression, épuisement professionnel, stress post-traumatique… À travers une étude inédite en France, trois sociétés savantes de médecins du cœur (Société française de cardiologie (SFC), Société française de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire (SFCTCV), Société anesthésie réanimation cœur thorax vaisseaux (ARCOTHOVA), décryptent les conséquences psychiques de la mort des patients sur ces médecins spécialisés.

La mort est un sujet tabou pour la société mais aussi pour les soignants du cœur – cardiologues, chirurgiens et anesthésistes-réanimateurs cardiaques. Ainsi à l’hôpital, ils sont isolés face à la fin de vie et au décès des patients, et communiquent peu au sein de leur service et de leur famille.

Santé des soignants et qualité des soins

Nous espérons que le fait d’en parler permettra de mieux gérer les décès mais aussi les maladies graves. En comprenant les impacts sur eux-mêmes, les professionnels pourront mieux prendre en charge les patients. Mais, pour autant, cette étude met en évidence la nécessité de la prise en compte de cette problématique par les institutions hospitalières. À l’heure où les hôpitaux se dépeuplent, cette étude suggère l’urgente nécessité, au-delà du manque de moyens, de prendre soin des soignants pour qu’ils puissent prendre soin des patients” commente le Professeur Thibaud Damy, cardiologue au CHU Henri Mondor, APHP, pour la SFC-GICC.

De fait, si la mort et la limitation de soins font partie du quotidien des soignants, ils n’ont généralement pas reçu de formation sur ce sujet et se sentent démunis et en détresse. Par ailleurs, ils se sentent peu soutenus par les institutions, où les psychologues sont peu nombreux et mal identifiés. Les auteurs de la recherche soulignent la nécessité de développer des programmes d’information, de formation, de soutien et de prise en charge psychologique des équipes.

© 2021 – Santé Mentale – Acte Presse


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rebecca Dickason (24 janvier 2022). Cardiologie : les soignants très éprouvés par le décès des patients. Préserver la santé des professionnels de santé. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o86d


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search